ALL MOUNTAIN FOREZ BAND

Collectif de passionnés de VTT de la région de Saint Etienne


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

VTT BIVOUAC Sainté-Montpellier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 VTT BIVOUAC Sainté-Montpellier le Ven 20 Sep - 13:43

g'ringo

avatar
Admin
Yep,

départ dans 2 jours pour la petite aventure de l'automne.

Deux amoureux du massif central (Jean-Philippe et moi-même) s'en vont s'en mettre pleins les mirettes et se connecter aux forces telluriques du cœur de France.

1 vélo, un bout de tente et de sac de couchage, des fringues mérinos, un max de motivation et d'envie.
Le parcours: environ 400km au départ de Sainté (GR7 puis GR653 pour rejoindre Montpellier).

Au programme (entre autres joyaux du patrimoine français):
Massif du Pilat, Mont Mézenc, Mont Lozère, Mont Aigoual, Cirque de Navacelles.

Du granit, du calcaire, du roulant, du cassant, des loups, des villages, des autochtones avec bérets, des mamies à la fontaine, de jeunes mères de familles à la sortie de la classe unique, des arrêts café-terrasse, des ravitaillement au Vival, des nettoyages rafraîchissants dans les ruisseaux, un final bain de mer à Palavas-les-Flots pour revenir à la société des fous...

Beau temps en perspective (on aura peut-être même des températures positives à l'Aigoual!!!).

Retour en train prévu dimanche 29.

On vous raconte au retour.
Bises


_________________
Bon à rien, prêt à tout.
Voir le profil de l'utilisateur
Forza !!!!

Voir le profil de l'utilisateur
, bon, je viens pas , avec ton post ,je peut faire croire que je l'ai fait .Wink 

Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/groups/268388169846734/

g'ringo

avatar
Admin
Rentrés un peu plus tôt que prévu hier soir suite à une blessure sur chute de ma part sur la descente du Mont Aigoual. On a rallié sainté comme on a pu (vélo, car, train).
Ce matin je suis allé voir les collègues d'Oliver aux urgences. Diagnostic: fracture de la rotule (pas bien pratique en vélo).
Je dois prendre RV demain avec le chirurgien pour connaître la suite des réjouissances.

Sinon le GR7 est un parcours magnifique à VTT. De magnifiques chemins, des bivouacs mémorables (avec notamment un réveil au brâme du cerf!!!). Une descente du Mont Aigoual mémorable....
JP saura certainement nous faire un superbe compte rendu.


_________________
Bon à rien, prêt à tout.
Voir le profil de l'utilisateur
Heuresement que j avais dit de me contacter en cas de pepin ...Evil or Very Mad 

Bon j espere que ca aller ...
Tiens nous au jus

Voir le profil de l'utilisateur

Fouilla

avatar
Admin
Oui, faut appeler dans ce cas, se déplacer pour ça c'est normal !

Voir le profil de l'utilisateur
Zut ! De quoi gâcher le plaisir d'un si beau parcours. Sans compter le caractère douloureux de l'épisode!
Je crains fort d'avoir à te croiser un de ces jours, mais cette fois dans Ma boutique ! J'espère tout de même me tromper et que tu n'aura pas besoin de nos services...Enfin si je peux t'aider à quoi que ce soit, n'hésite pas a me solliciter...
(Enfin je me doute que cette dernière proposition sera aussi bien écoutée que celle de jean Guy...Laughing Evil or Very Mad 

Voir le profil de l'utilisateur

g'ringo

avatar
Admin
jeanguy a écrit:Heuresement que j avais dit de me contacter en cas de pepin ...Evil or Very Mad 
On avait notre bilan carbone à surveiller Very Happy 
Le plus malin aurait été d'appeler les pompiers. Mais on se dit toujours qu'ils ont plus important à faire...


_________________
Bon à rien, prêt à tout.
Voir le profil de l'utilisateur
Banane les pompiers les amis sont la pour ca !!!!
Aller une rotule en titane et ca repart ... et tu vois je pense que les genouilleres resteront moin souvent ds le sac pour ma part ....

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: VTT BIVOUAC Sainté-Montpellier le Dim 29 Sep - 20:17

g'ringo

avatar
Admin
olivié a écrit:Zut ! De quoi gâcher le plaisir d'un si beau parcours. Sans compter le caractère douloureux de l'épisode!
Je crains fort d'avoir à te croiser un de ces jours, mais cette fois dans Ma boutique ! J'espère tout de même me tromper et que tu n'aura pas besoin de nos services...Enfin si je peux t'aider à quoi que ce soit, n'hésite pas a me solliciter...
(Enfin je me doute que cette dernière proposition sera aussi bien écoutée que celle de jean Guy...Laughing Evil or Very Mad 
Merci pour la proposition. L'expérience va peut-être m'apprendre à solliciter de l'aide. Si besoin, je t'appellerai Wink 


_________________
Bon à rien, prêt à tout.
Voir le profil de l'utilisateur
toi qui a le temps d'écrire avec ta jambe de bois, fais nous un rapport imagé tongue Laughing

C'est vrai qu'on aurait dû appeler les pompiers: On n'ose les déranger tant qu'il n'y a pas de sang partout ou un os qui sort scratch 
Le fait d'être deux, de pouvoir encore se mouvoir dents serrées, de croire à un simple hématome a retardé la décision... jusqu'au bus pour Montpellier Rolling Eyes

Les pompiers existent dans ce pays pour éviter qu'un bon samaritain fasse 600Km dans sa journée de taf pour un vacancier qui s'est fait une grosse bosse en essayant de coucher un arbre avec son cintre Laughing Wink

Voir le profil de l'utilisateur

g'ringo

avatar
Admin
Bon, j'ai commencé le reportage imagé.

En attendant, voici la bonne nouvelle du jour: pas d'opération pour mon genou. Juste une attelle pendant 3 semaines, ensuite une genouillère et de la rééduc. (et après je pourrai tester mon nouveau vélo qui sera arrivé d'ici là...). Je peux rester debout et marcher sans restrictions.
Olivier, désolé, habituellement j'aime bien faire travailler mes clients, mais là j'aime autant ne pas faire appel à tes compétences Wink 


_________________
Bon à rien, prêt à tout.
Voir le profil de l'utilisateur
Ca c'est la bonne nouvelle! Je ne suis pas non plus fan de m'occuper des amis ou proches dans mon travail.
Plus qu'à prendre ton mal en patience et faire le dos rond en attendant la reprise....

Voir le profil de l'utilisateur

g'ringo

avatar
Admin


Le grand départ, de chez moi.
Dimanche, il est environ 10h00, grand ciel bleu, c'est parti.
Au bout de 10 mètres, le visage de JP se décompose. Au même moment, je m'aperçois qu'il n'a pas de casque....Sacré JP, il en fait des efforts pour conserver sa réputation...
Réouverture de la maison, je lui sors de la voiture mon casque de secours que j'y laisse en permanence...trop petit...perception de mon casque de vélotaf à la cave. Cela convient à Monsieur (en plus il y a un rappel de couleur du même vert que son vélo!!!).
Cette fois, c'est bel et bien parti!!!
Descente par la route à l'Etrat. J'achète une pomme sur le marché. On traverse Saint-Etienne par la grand'rue, bdv Fauriel et on attaque les chemins au Portail Rouge. Pour le moment, c'est comme une sortie du dimanche, le sac un peu plus chargé.
On fait la grande classique montée des barrages. Il commence déjà à faire faim. On fait la première pause casse-croûte dans les Grands Bois, à la jonction avec le GR7.



Fidèle à mes habitudes, je propose la pause café à l'auberge du Grand bois.
Jp, plein d'entrain en cette première journée, en profite pour entamer une petite bourrée auvergnate pour faire rire les automobilistes.



Bien caféinés, nous continuons la route sur ce GR7. Col du Tracol passé, on file vers St Bonnet le Froid (sans y prêter attention, je nous engage sur le gr65 que je prends habituellement sur ce parcours. Erreur bienveillante, le GR7 aurait été très très difficile dans ce sens. On découvre quelques magnifiques chemins inconnus avant d'arriver à St Bonnet. Bien entamés, on se pose en terrasse sur la fameuse place du village. Une mousse, on se moque des camping cars et des quads qui font de St Bonnet une plaque tournante du moteur à explosion... La faim nous tenaille. Passage obligé à la pâtisserie de Régis Marcon, où l'on achète in-extremis les dernières tartines salées. On les avale rapidos devant l'Hôtel 3 étoiles (dommage, plus de chambres dispos).
Nous repartons dans l'objectif de trouver notre premier lieu de bivouac.
On se retrouve finalement au lac de Devesset, espoir d'étape que j'avais gardé secrètement au fond de moi. On y arrive peu de temps avant que le soleil ne se couche.
Allez hop, on se fout vite à poil pour le premier bain. L'endroit est magnifique avec les lumières du soir.



Tout propres, on installe le bivouac, on se couvre, ça caille vite au bord de l'eau. Premier dîner, observation du ciel étoilé, tisane et dodo.
Réveil vers 7h00.
0°C, pas facile de se bouger. On pousse nos affaires à 200m, au soleil, et on lézarde pendant un long moment....avant d'aller quelques kilomètres plus loin prendre un café en terrasse à St Agrève. Repas de midi, ravitaillement pour les 12h à venir, et on continue. Une autre pause verre de Vals au troquet de Fay sur Lignon (dur dur, ce deuxième jour) et on se lance dans l'ascension du Mont Meyzenc. La fin se fait à pied, le panorama à 360° est grandiose.



La descente est très amusante, enchainements de virages serrés autour des arbres, un vrai bonheur. Le Tomac est un régal sur ce type de chemins.
Il est temps de penser à poser le bivouac.
On cherche...On croise la Loire (ici elle n'est qu'un gros ruisseau). On lui fait un gros câlin en guise de toilette. On repart en quête du lieu de bivouac, mais on ne trouve pas. Finalement on arrive au village de Sainte Eulalie. Le camping est fermé, mais la barrière ouverte...on se permet un squat en tout bien tout honneur. Installation, dîner, étoiles, dodo.
Réveil frigorifiant. On démonte et on pars au village pour les courses. En attendant l'ouverture des commerces, nous allons profiter de la chaleur du bar local et des discussions passionnantes des locaux... Jean Philippe questionne la tenancière sur l'histoire du bâtiment. Il reste dubitatif sur la version qu'elle lui expose (têtu le garçon?).
Les commerces ouvrent. Sacs remplis de bouffe, on décolle.
Le chemin nous amène à traverser la Vestide du Pal, un des plus beau et des plus grand cratère de maar d'europe.
On arrive petit à petit vers des paysages cévenols, avec notamment le chevauchement d'une crête magnifique (mais raide...).
Le déclin du soleil ayant bien démarré, nous arrivons à un lieu qui sent bon le bivouac: La Felgère, qui fût le lieu de construction d'un monastère, précédant celle de l'actuelle Abbaye de Notre dame des neiges. Ça sent les forces telluriques à plein nez. N'ayant pas assez de flotte, on fait l'aller retour à l'abbaye pour remplir les gourdasses. Toilettes à l'africaine avec très peu d'eau dans les gamelles, et installation du bivouac. On se sent vraiment bien ici.



P'tit déj, rangement du paquetage, on décolle.
Descente à la Bastide, ravitaillement pour le midi. Direction, notre ami le Mont Lozère.
On arrive au Bleymard, café, ravito pour le dîner et le déjeuner suivant (erreur fatale que la suite nous apprendra).
On attaque la montée du Lozère. Elle se fait bien tranquillement. On fait de l'eau à la station de ski, puis direction le col de Finiel. Après un arrêt mécanique, on passe le col, et on s'engage dans la forêt. Crevaison de JP, puis recrevaison de notre ami qui perd confiance. On attaque la descente. Elle est technique avec des blocs pierreux. Magnifique, même si la fatigue et le chargement la rende compliquée. On débouche sur un vallon ouvrant sur une vue splendide, avec un cours d'eau parfait pour le bain. Je motive JP à faire le bivouac ici. Un peu bougon au début, il finit par trouver le coin plaisant.
La nature donne ici toute sa force. L'eau, le vent, la pierre, la végétation, les bruits des animaux, une immersion fantastique au cœur de notre mère commune.
Lendemain matin: lovés dans nos tentes, un cerf nous réveille de son brâme, inoubliable.



Vitalisés par l'endroit, nous partons pour cette belle journée. Nous reprenons la super descente et débouchons sur le hameau de Salarial. Un endroit isolé comme on en voit rarement.
Le Gr7 se poursuit vers le Pont du Tarn, dans un paysage très touchant.
Le sud du Mont Lozère est probablement le paysage qui me touche le plus de ceux que j'ai pu voir pour le moment sur cette planète.



Le chemin nous amène petit à petit sur des pistes de schistes.
Vers 12h00, nous arrivons au col de Jalcreste. Un bar-restau nous permet une pause panini salvatrice. Le tenancier a un visage connu. Son accent marseillais le trahis: il s'agit du patron du gîte du Calbertois, où nous avions logés lors du Raid Stevenson. (Il vient de racheter l'établissement suite à un incendie....marseillais un jour....).
On repart dans le schiste; montées raides, descentes raides. Les plaquettes chauffent, les pneus sont mis à l'épreuve. Crevaison de Jean-Phi. Il n'arrive pas à utiliser ma pompe et la critique. Je lui fait une démonstration un peu tendue (je n'aime pas que l'on critique mon matériel.)
On retrouve une grande piste roulante, ça fait du bien de rouler. Après avoir remis sur le droit chemin des marcheurs francs-comtois (allez Sochaux!) ne sachant pas lire une carte, on rejoint la route qui va nous mener à Barre des Cévennes. C'était notre objectif du jour. Etant bien en avance sur nos prévisions, on sent le Mont Aigoual s'approcher à grand pas. C'est donc plein d'entrain que l'on arrive à Barre, à la recherche du ravitaillement indispensable pour la suite.
Première traversée du village...Rien.
Deuxième traversée...Rien...la ruelle du bas...Rien.
JP demande à un autochtone: "on est les premiers embêtés, mais il n'y a plus rien ici, le plus proche c'est Florac à 15km".
BARRE DES CEVENNES, LA TRAHISON.



On ne peut pas continuer sur le GR7 sans nourriture. Seule issue, descendre à Florac par la route.
La descente avec vue sur le causse Méjean est superbe.
On arrive à Florac. La douceur de vivre est palpable ici. Les babosses ont envahis le quartier. On se pose au bar, une mousse, avant d'aller au camping. Une douche (tiens c'est pas mal comme truc), un apéro avec un vieux gentil-fou hollandais, et on part s'offrir un dîner en ville.
Après réflexion, la meilleur option pour la suite (contrainte de temps oblige, on doit être samedi soir à Montpellier), est de monter l'Aigoual par la route (40km) et d'y récupérer notre GR.
C'est ce que nous faisons. La montée est belle. Je regrette fortement mon choix de pneus de tracteurs, certes indestructibles, mais complètement inadaptés sur route. JP, vole devant tel un busard Saint martin en pleine chasse.
Arrivés au sommet, nous surfons sur une mer de nuage impressionnante.



Nous profitons de la vue, laissons nos destriers se reposer en profitant du saloon.



Requinqués, on repart l'eau à la bouche pour la descente.
Le début descend un peu, remonte, refait du plat.
Commence ensuite une descente absolument superbe, dans la caillasse.
Pas du tout en confiance, je fais une grosse partie à pied derrière JP qui survole les obstacles. Je ne suis pas dedans, et ne veux pas prendre de risque. On croise une route. Sans savoir pourquoi, mon amour-propre reprend brutalement le dessus. Concentré, je me lâche; retrouve mes repères, et prend un plaisir fou à chercher la meilleure trajectoire dans cette descente jouissive. Un plaisir de pilotage qui semble infini tellement la descente est longue. Infinie...mais qui se termine, avec une branche bien cachée qui accroche mon guidon. Je passe par dessus le guidon et tombe dans la caillasse. Zut! vexé, je me relève rapidement pour constater les dégâts. Le genou gauche est un peu ouvert, mais rien de grave. Je mets mon tour de cou en guise de genouillère pour ne pas mettre du sang partout.



Et ça repart.
On arrive au village du Vigan.
J'ai bien mal au genou. Le doute m'envahit quand à la suite. Vais-je pouvoir vraiment pédaler. On évoque les options alternatives de retour.
Je rentre dans une pharmacie acheter une bande, histoire de faire un truc propre.
La vision du milieu médical me mets un coup de fouet. Je me sens vivant et chanceux d'être en bonne santé, petite pensée pour mon pote Romain disparu en décembre dernier. On va se le finir ce raid!!!
Je sors, exprime ma détermination à Jean-Phi.
On passe au supermarché faire le ravitaillement, et on décide de finir en nocturne pour aller prendre le bain au cirque de Navacelles.
Une montée de 400m de dénivelé pour arriver sur le plateau, du plat, puis la descente sur Navacelles. On arrive au fond de ce trou grandiose. JP est aux anges. Je n'arrive plus à partager le plaisir d'être là, trop mal.
J'espère que la nuit sera réparatrice.
Elle fût douloureuse.
Le matin, j'arrive à peine à marcher. Je range mon matos sur une jambe et pars en avant pour ressortir du fond de cette magnifique vallée. Jp en profite pour visiter le village et me rejoint ensuite.



Le reste ne sera que souffrance.
Le moment rigolo sera le tractage par Jean Philippe Ferguson: 2 chambres à air nouées en guise de corde, un bon tracteur, et le col du Vent est passé comme une lettre à la poste.
S'en suit une très belle descente. On arrive à Montpeyroux. On y trouve un arrêt de car, avec une ligne pour Montpellier (merci aux chauffeurs compréhensifs nous ayant permis de mettre les vélos en soute. Dans le cas inverse je les aurai égorgés...)
Après le car, le tramway, on arrive à la gare de Montpellier. Par bonheur, il reste des places avec vélos, on peut avancer nos billets. 4 heures à patienter: bières, pizzas, le tout en observant la population locale. Les plaisirs citadins succèdent aux plaisirs de la pleine nature, sans la même saveur tout de même. TGV, Lyon part dieu, Chateaucreux, la zeveloshop-mobile nous attend avec sa pilote de charme. Retour à la maison (quel soulagement...).

Merci Jean-Philippe pour le partage de ces très bonnes (et moins bonnes) tranches de vie gravées dans nos cerveaux.

Prochain rendez-vous: aller se refaire cette supermégabonne descente de l'Aigoual, et celle de St Guilhem que l'on a pas pu faire!!!!!!!!!!!!
Cette fois, je porterai des protecs!!!


_________________
Bon à rien, prêt à tout.
Voir le profil de l'utilisateur
Hummmmmm

Voir le profil de l'utilisateur
Ta pompe est très bien, c'est juste un petit manque de formation Laughing

Je ne survolais pas les obstacles, je me faisais secouer comme un prunier bounce 
Je me suis fait dézinguer 2 fois; une fois par devant pig , une autre couché dans la brousaille pirat  


Finalement, on a fait beaucoup de route: montée de st Bo, Mezenc, St Alyre, Finiels, montée de Barre, Florac, Aigoual, après le Vigan jusq'à la fin!!!
Mais des routes avec ce charme... on en redemande I love you

Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume: j'espère que cela va le faire pour ta reprise Lundi, et que la douleur te laisse tranquille pour dormir

Voir le profil de l'utilisateur

g'ringo

avatar
Admin
Je réouvre le magasin comme prévu mardi. Mon père vient pour m'aider (faire le taxi car je ne peux pas conduire et m'aider pour tenir le magasin.) Si je galère trop, je vais un peu réduire les horaires, je vais voir.
Je n'ai pas mal, juste un peu gêné par l'attelle, mais vraiment pas beaucoup.

Je n'ai qu'une envie....remonter sur un vélo (une semaine sans vélo, ça me paraît une éternité.)
D'autant que mon nouveau vélo (Kona Process 153DL) est en cours de livraison.

Patience....



Dernière édition par Ze Magic Boss le Dim 6 Oct - 20:48, édité 1 fois


_________________
Bon à rien, prêt à tout.
Voir le profil de l'utilisateur
Ce sera là le plus dur, patience...

Je te suggère d'en profiter pour te défouler autrement: muscu! C'est l'occasion pour te faire un buste à la Barel et nous enrhumer à ton retour en Process!!!

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum